photogrid_15444408793998062876634844324471.jpg

La première chose qu’on m’a fait faire en descendant de l’avion (littéralement puisque Micci m’a emmenée à la boutique directement avant d’aller à l’appartement), c’est mon 印鑑 inkan, mon sceau.

Sur tous les papiers administratifs (et donc pour ouvrir un compte bancaire), au Japon on ne signe pas mais on appose son sceau à l’encre rouge. Les particuliers comme les entreprises. Ce sceau peut être simple et en plastique (comme le mien) ou avec un design très élaboré et en pierre. On peut même en acheter un déjà fait dans les magasins non spécialisés si on a un nom de famille assez, voire très, courant. Le mien, bien que j’aie pris le modèle le plus simple (et le moins cher), a été fait sur mesure car je ne porte pas vraiment un nom de famille japonais courant ^_^
Je me rappelle qu’un de mes amis japonais cachait les siens au fond du placard de sa cuisine, derrière les verres. Et oui, si une signature chez nous peut s’imiter, ici un sceau peut se voler.
Avec mon sceau j’ai donc pu signer différents papiers en relation avec mon contrat de travail, la sécurité sociale locale, l’ouverture de mon compte en banque et la déclaration de résidence à la mairie.
Il était donc nécessaire d’en faire faire un rapidement…même si j’avoue que j’aurais quand même préféré aller prendre une douche et faire un petit somme avant de passer à la boutique après mes, quasiment, 24h de voyage !

Publicité