Le Flançais et l’Engrish sont des phénomènes très répandus au Japon.
Par chez nous on arbore des tatouages ou des vêtements avec des signes chinois/japonais voulant plus ou moins (en général moins) dire quelque chose, en pensant que ça fait classe ou exotique. Et les chinois et japonais se moquent de nous.
Au Japon c’est pareil, on utilise le français et l’anglais sur toutes sortes d’objets de décoration, papeterie et pour les enseignes des magasins ou le nom des restaurants… Et bien souvent, la tentative tombe à l’eau puisque soit cela ne veut strictement rien dire, soit le résultat sonne bizarrement.
On a donc baptisé ce phénomène Flançais pour le français et Engrish pour l’anglais.
Pourquoi ?
En japonais, le son « r » n’existe pas. Le son « l », si. Or, pour des raisons linguistiques qui m’échappent (et j’avoue ne pas avoir cherché à me renseigner), en romaji, le son « l » s’écrit à l’aide de la lettre « r ». Pour ceux qui ne connaissent pas, le romaji (« écriture romaine ») est la transcription en lettres latines du japonais.
Du coup, lorsqu’ils écrivent en romaji, les japonais confondent souvent le « l » et le « r », et on les comprend !
Les termes Engrish et par extension Flançais font donc référence à cette faute récurrente.
Mais s’il n’y avait que cette faute… je vous laisse apprécier ce petit florilège en photos, fruit d’un seul après-midi de shopping dans une rue commerçante et au grand centre commercial AEON (prononcez « iyonn ») d’Okayama.