En décembre, les japonais fabriquent le mochi en vue du Nouvel An. Le mochi est une pâte gluante de riz qu’on obtient en battant le riz gluant cuit. Au Japon, on en trouve sous toutes les formes, surtout sucrées, et avec des goûts différents. Mais le plus classique reste le mochi nature fourré à l’anko, de la pâte de haricot azuki (rouge).
Dans la seconde moitié de décembre, des mochi tsuki (« fabriquer le mochi« ) s’organisent un peu partout. J’en ai fait deux : un dans mon quartier et un dans l’école où je travaille.

Me voilà donc dehors à 9h30 un dimanche matin de décembre. Le temps est couvert, il fait froid, avec un petit vent glacial juste ce qu’il faut pour regretter sa couette. Mais bon, je suis au Japon alors ça vaut bien tous les sacrifices ^_^
Les gens du quartier se sont réunis dans le parc local pour fabriquer le mochi. Certains sont en train de surveiller la cuisson du riz, d’autres prennent les inscriptions des arrivants (on a droit à un bol de soupe bien chaude et à du mochi à déguster), d’autres s’affairent autour des deux mortiers en pierre disposés au centre du parc. Les gens arrivent tranquillement, en famille.

Les étapes de la fabrication du mochi sont simples : cuire du riz gluant, le battre dans le mortier (c’est une étape très physique) puis une fois la pâte prête, en faire des petites boules qu’on laisse ainsi ou bien qu’on fourre avec de l’anko. C’est extrêmement simple.

Je vous ai fait une petite vidéo, c’est plus parlant :

Le mochi sera dégusté durant les fêtes du Nouvel An, oshôgatsu.
Au Japon, le Nouvel An est LA fête familiale par excellence (l’équivalent de Noël pour nous). C’est aussi une période durant laquelle beaucoup d’entreprises ferment une semaine. Et une semaine entière de vacances au Japon, c’est un luxe.
Le jour de l’an, les japonais disposeront également deux mochi et une mandarine sur un petit autel dans l’entrée de leur habitation, pour honorer les divinités. C’est le kagami mochi (mochi miroir).

20190107_203319

Voilà le kagami mochi mis en place par Micci dans l’entrée de notre appartement. Chez nous, il s’agit de mochi acheté au supermarché et sous plastique (oui, elle a laissé le mochi sous plastique tel quel sur l’autel… les traditions se perdent ma bonne Lucienne ! ^_^). Il y en avait un plus gros dans l’entrée de mon école, fait à partir du mochi fabriqué en décembre par les enfants.
Et le 10 janvier, on enlève le kagami mochi de l’autel, on le défonce à coup de maillet (et en dix jours il a eu le temps de sécher !… sauf quand on l’a laissé sous plastique…) et on le mange, après l’avoir réhydraté, dans une soupe d’azuki. Nous avons mangé celui de l’école au goûter et celui de notre appartement en dessert au dîner avec Micci et Mimi.