Chez nous, on fait un « grand ménage de printemps », sous entendu qu’aux beaux jours, on aère la maison, on nettoie, on fait le tri etc…
Au Japon, on fait cela pour la nouvelle année. Michiko m’a expliqué que c’était pour honorer les dieux. Et autant par chez nous ce concept de grand ménage de printemps relève plus de l’expression seule, autant ici au Japon, en cette fin/début d’année, tout le monde s’attèle à la tâche sérieusement, tant à la maison qu’au boulot.
Pour être tout à fait honnête, si j’ai bien passé deux heures à nettoyer la salle de bain dans les moindres recoins à l’appartement (Michiko se chargeant de la cuisine), j’avoue ne rien avoir touché dans ma propre chambre. Déjà parce qu’elle est propre, merci ^_^, et ensuite parce qu’étant ici depuis trois mois et étant venue avec le minimum, je n’ai rien à trier et encore moins à recycler ou jeter.

Par contre les dieux ont dû se venger car le dernier samedi avant les vacances (on travaille un samedi sur deux. L’école est fermée donc on en profite pour préparer les cours, faire les réunions etc…), on a aussi fait le grand ménage (mais vraiment TOUT y est passé). Et j’ai donc eu la tâche passionnante de nettoyer les jouets en bois. Cinq heures à frotter chaque cube et pièce en bois avec un chiffon imbibé d’alcool. Le grand ménage, ça ne rigole pas !

Pour être tout à fait honnête, je dramatise un peu car ça ne m’a pas trop dérangée. Déjà, j’avais apporté ma musique donc ça aide. Et ensuite, à la base, je suis archéologue alors la patience, c’est le cœur de ce métier. Et au final j’ai largement préféré faire ça que de devoir m’occuper de la salle des profs. A priori, vu l’état d’empilement de tout et n’importe quoi durant l’année, j’ai des collègues plutôt bordéliques et, là, le grand ménage de fin d’année se justifiait amplement ! ^_^