20190103_1124184706876270618257812.jpg

« Attention aux corbeaux ». C’est exactement ce que dit cette pancarte.
Au Japon les corbeaux sont un peu comme nos pigeons à nous. On en trouve partout et beaucoup en ville. Ils ramassent tout ce qui traine par terre.
Sauf que les corbeaux japonais sont de très gros oiseaux, qui peuvent mesurer jusqu’à 60cm ! (la taille d’une poule), avec un bec imposant. En fait, quand on en croise un dans la rue et qu’il vous regarde, on a envie de s’excuser de l’avoir dérangé et de l’appeler Monsieur.

Longtemps vu comme un animal sacré, passeur des âmes des défunts et pouvant être bénéfique dans certaines légendes, le corbeau est aujourd’hui considéré comme un nuisible qui saccage les poubelles si on ne met pas les sacs sous protection (filets ou containers, les poubelles individuelles en plastique n’existant pas au Japon), qui vole les porte-manteaux sur les balcons pour construire son nid et qui peut attaquer les pique-niqueurs pour leur voler de la nourriture. D’ailleurs de nombreuses études ont démontré l’intelligence et la ruse de ces oiseaux ainsi que leur très grande faculté d’adaptation en milieu urbain.

Cette pancarte met en garde contre cela puisqu’elle est située à l’entrée d’un petit parc disposant de plusieurs tables en bois.

Mon amie Ryôko m’a raconté qu’elle s’était une fois fait attaquer par un corbeau qui l’avait frappée derrière la tête alors qu’elle allait à la gare à pied et qu’elle ne lui avait rien demandé. Quelques jours plus tôt, quasiment au même endroit, elle avait chassé un corbeau qui voulait s’en prendre à son pique-nique. A priori, l’oiseau ne l’a pas oubliée et s’est vengé quelques jours plus tard…