Près de chez Ryôko il y a un grand temple très connu, le Takahata Fudôson. En ce premier jour de l’an, il y a une queue monstrueuse devant le temple (plusieurs centaines de mètres) pour aller y prier. Des parkings additionnels ont été aménagés jusque de l’autre côté de la rivière et les accès de la gare toute proche aménagés pour drainer le flot de visiteurs.

P1002858smallLa pagode à 5 étages du temple

Le Takahata Fudôson est également connu pour abriter plusieurs bâtiments et trésors classés, notamment des édifices remontant à l’époque de Muromachi (1336-1573) qui ont miraculeusement survécu aux différents incendies et tremblements de terre au fil des années (je rappelle ici que tous les bâtiments sont en bois).

Au Japon, il est d’usage d’aller prier au temple le premier jour de l’année. Ryôko et moi nous somme pointées tranquillement après le déjeuner… du coup en voyant l’étendue de la queue, nous avons plutôt décidé d’aller faire… un Karaoke ! ^_^ Nous reviendrons au Takahata Fudôson en nocturne avec des amis de Ryôko le lendemain avant d’aller se boire une bonne bière tous ensemble.

Mais avant de faire nos prières en nocturne, le 2 janvier, nous avons décidé d’aller parcourir les 88 lieux de Shikoku à Takahatayama le matin.
Shikoku est la quatrième plus grande île du Japon (elle est d’ailleurs située face à Okayama, de l’autre côté de la Mer Intérieure). Sur Shikoku, on peut effectuer un des plus célèbres pèlerinages du Japon en parcourant un sentier passant par 88 temples. Sur la colline surplombant le temple de Takahata Fudôson , la Takahatayama (située dans le département de Tôkyô, donc bien loin de Shikoku), il existe un parcours bien plus modeste passant par 88 statues symbolisant les 88 temples de Shikoku.

P1002828small

Cette balade peut être faite en véritable pèlerin mais elle est surtout réputée parce que la colline est plantée d’hortensias qui fleurissent en juin et d’amaryllis qui fleurissent en septembre. Pour le 2 janvier, rien à signaler à part le calme et le plaisir de marcher par un temps froid mais magnifique.

P1002830small

Sur le socle de chaque statue est gravé le nom du donateur. Après quelques recherches sur internet durant la balade, Ryôko et moi n’avons pas réussi à trouver d’information sur la date de fondation de cette promenade des 88 statues. Tout ce qu’elle a pu me dire c’est que certains noms gravés font très fin XVIIIè siècle et XIXè siècle.

P1002848small

Les certains visiteurs parcourent l’intégralité du sentier en s’inclinant devant chaque statue. Certains pèlerins déposent des pièces de 1 yen (soit 0.0079€), des origamis (papiers pliés) ou des glands ramassés dans la forêt en guise d’offrandes. Ce sont le geste et la prière qui comptent avant tout.

Au sommet de la colline, on peut encore voir quelques fondations de l’ancien château des seigneurs locaux, aujourd’hui entièrement disparu. Et, en hiver, quand les feuilles des arbres ont disparu, la vue sur Tôkyô, au loin, est également imprenable.

P1002844small