烏城 ujô, le Château Corbeau, est le surnom donné au château d’Okayama en référence à ses murs de bois laqués de couleur noire. Cette couleur est plutôt inhabituelle dans les châteaux japonais qui sont le plus souvent blancs.

P1000607small
Une des portes d’entrée du château

J’ai visité le château d’Okayama à deux reprises jusqu’à présent : une fois à l’extérieur et une fois à l’intérieur. Autant vous le dire tout de suite, à l’exception d’une tour de guet, tous les bâtiments actuels du château sont des reconstructions en béton datant de 1966 dont l’aspect est conforme aux bâtiments originaux. En effet, le château a quasiment entièrement été détruit lors d’un raid aérien en 1945. Auparavant, il était classé comme trésor national, aujourd’hui il est classé en tant que site historique, avec le jardin Kôrakuen qui lui fait face de l’autre côté du fleuve Asahi.
Le seul bâtiment original encore debout est la tour Tsukimi Yagura (la « tour pour voir la lune ») dont la construction date de 1620.

P1000642small
La tour Tsukimi Yagura

Faisons un peu d’histoire.
Le château a été construit par le seigneur Hideie UKITA, fils adoptif et vassal de Hideyoshi TOYOTOMI. Ce dernier est l’un des personnages les plus importants de l’histoire japonaise puisqu’il fait partie des trois grands hommes qui ont unifié le Japon à la fin du XVIè siècle, mettant ainsi fin à l’époque de Sengoku (1477-1573), une période où, le pouvoir central étant vacant, les seigneurs de guerre se livrèrent une guerre incessante. Ukita ne profitera pas longtemps de ce château puisqu’il fut défait à la bataille de Sekigahara en 1600 et exilé sur une île au large de Tôkyô jusqu’à la fin de ses jours.
La bataille de Sekigahara est une bataille décisive dans l’histoire du Japon. Pour résumer, elle a opposé les partisans du fils et successeur de Hideyoshi TOYOTOMI à ceux de Ieyasu TOKUGAWA pour la domination sur le Japon. La bataille a été remportée par les partisans de Tokugawa, grâce à la trahison de Hideaki KOBAYAKAWA, propre vassal de Hideie UKITA (le fondateur du château d’Okayama), qui a changé de camp durant la bataille et rejoint Tokugawa. A partir de cette date, la famille Tokugawa contrôlera le Japon (période d’Edo) jusqu’à la moitié du XIXè siècle.
Suite à la défaite et à l’exil de Hideie UKITA, le château d’Okayama revient au traitre Hideaki KOBAYAKAWA qui meurt deux ans plus tard sans descendant. Le château passe alors dans les mains du clan IKEDA, originaire de Himeji (lieu célèbre pour son château, considéré comme le plus beau château du Japon). Le château d’Okayama restera la propriété du clan Ikeda jusqu’en 1869, année où il sera nationalisé.

La visite du château est une promenade très agréable à travers le temps (même si, encore une fois, il s’agit de reconstructions modernes), impression renforcée lorsqu’on y croise un acteur habillé en costume d’époque et qui pose bien volontiers pour les touristes.

P1000623small

Ce qui fait tout le charme du donjon, c’est ce contraste entre les murs noirs et les tuiles dorées en forme de poisson au sommet de la toiture.

20190127_152124small

Et lorsque le soleil d’une fin d’après-midi de janvier vient frapper les murs du donjon, la vue est tout simplement magnifique.

20190127_164147

L’intérieur du donjon est un musée racontant l’histoire du château et exposant de très beaux objets appartenant majoritairement au clan Ikeda (le dernier clan ayant possédé le château). On peut également y voir de nombreuses photos anciennes datant d’avant la destruction du château par les bombes. Du dernier étage, on a une très belle vue sur la ville ainsi que sur le jardin Kôrakuen, jardin qui fut d’ailleurs construit en 1700 par Tsunamasa IKEDA, seigneur du château d’Okayama.