Oui, je sais, je remets ça avec le Kôrakuen mais il le vaut bien ^_^
Après l’avoir vu de nuit, de jour, c’est lors d’une visite au château d’Okayama que nous décidons, mon amie Yoko et moi, de finir par le Kôrakuen tout proche. Je n’avais même pas pris mon appareil photo, me disant qu’au mois de janvier il ne devrait pas y avoir grand chose à voir… (merci le smartphone qui me sauve la mise).
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un tout nouveau Kôrakuen puis qu’apparemment les pelouses du jardin deviennent jaunes durant l’hiver. Le paysage est alors complètement transformé, l’ambiance aussi.

20190127_155836small

20190127_160119small

J’ai beaucoup aimé ce nouveau Kôrakuen mais le clou de la visite se trouvait du côté du carré des pruniers. Cette année les fleurs sont en avance. On annonce les célèbres cerisiers en cette fin de mois de mars alors que généralement on les attend pour la mi-avril. Et j’ai le souvenir d’avoir photographié des pruniers mi-mars au Japon la dernière fois que j’en ai eu l’occasion. Là, ils commençaient à fleurir fin janvier.

20190127_162611small

20190127_162644small

J’ai appris à regarder les fleurs en vivant au Japon. Comme les japonais, dès que le printemps arrive, je suis scrupuleusement le calendrier : pruniers, cerisiers, glycines, iris… Au Japon, les arbres en fleur sont un attrait touristique majeur tout comme un beau paysage ou un monument historique. Et, bien entendu, les plus beaux arbres sont éclairés la nuit, ce qui rend la visite encore plus spectaculaire quand on a la chance de pouvoir faire une balade nocturne.