Fin avril, avec Micci, Mimi et Yoko (l’ancienne prof de français de Micci), nous sommes allées visiter Izumo Taisha à Izumo.
Izumo Taisha, le « Grand sanctuaire d’Izumo » est un des lieux les plus sacrés du Japon et également un de ses sanctuaires les plus anciens.
Non seulement parce que, d’après les sources écrites, sa fondation remonterait au VIIe siècle, mais également car il abrite une divinité shinto de premier ordre, le kami (divinité) Ôkuninushi-no-Mikoto.

Avant de vous parler du sanctuaire en lui même et de vous montrer quelques photos, faisons un peu d’histoire et plongeons-nous également dans les légendes liées à Izumo afin que vous compreniez bien toute l’aura de ce sanctuaire et son importance auprès des japonais.

Pour expliquer rapidement, la Préhistoire et Protohistoire du Japon se divisent en quatre grandes périodes :
– la période Paléolithique (période de glaciation)
– la période Jômon (d’env. -12 000 à env. – 1000/-900)
– la période Yayoi (d’env. -1 000/-900 à env. 250)
– la période des kofun (de 250 env. à 650 env.)

La période Yayoi est une période de grands changements pour les cultures de l’archipel japonais car les relations avec le continent asiatique (Chine et ce qui est aujourd’hui la Corée) entraînent l’arrivée de l’agriculture, puis du bronze, puis du fer. Des personnages importants apparaissent (des chefs) et des petits royaumes locaux se forment (des chefferies). Ces chefferies se font souvent la guerre pour (entre autre) le contrôle des ressources et notamment le contrôle des routes d’échange du fer durant la fin de la période Yayoi. Izumo est une de ces chefferies, une des plus puissantes et va le rester durant toute la période suivante, la période des kofun.

800px-provinces_of_japan-izumo.svg_L’ancienne province d’Izumo

Durant la période des kofun, les chefs du royaume de Yamato deviennent de plus en plus puissants et tentent d’unifier le centre de l’actuel Japon par la diplomatie ou par la force. D’après les chroniques mythologiques et historiques japonaises écrites au VIIIe siècle, Izumo est un royaume qui aura très longtemps résisté à l’hégémonie de Yamato. Quand finalement les dirigeants d’Izumo se soumettent à Yamato, l’histoire, la mythologie et les légendes d’Izumo sont fusionnées avec celle de Yamato pour en faire un « grand récit national ».

800px-provinces_of_japan-yamato.svg_L’ancienne province de Yamato

Ainsi, la province d’Izumo devient le siège de nombreux récits fondateurs de la mythologie japonaise (je vous en parle tout de suite après) et on y construit donc au VIIe siècle, le grand sanctuaire d’Izumo Taisha.

En effet, Izumo serait le siège de (je reprends la liste donnée dans Wikipédia en développant) :
– l’entrée de Yomi, le monde des morts

– la tombe d’Izanami, la grande déesse créatrice des îles du Japon avec son frère et époux Izanagi. Elle donnera aussi naissance à de nombreuses divinités.

– lieu où le dieu Susano-o, divinité de la mer et des tempêtes, se réfugie après avoir été chassé des cieux par sa soeur Amaterasu.

323px-dragon_susanoo_no_mikoto_and_the_water_dragon

Susano-o réalisera de nombreux exploits, notamment il tuera le monstre octocéphale Yamata-no-Orochi dans la queue duquel il trouvera l’épée Kusanagi. Cette épée est censée être une des trois regalia du Japon.
Les descendants de Sunasano-o règneront sur Izumo jusqu’à l’arrivée de Ninigi-no-Mikoto, le petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu à qui elle a fait dont de la terre. C’est d’ailleurs Ôkuninushi-no-Mikoto, la divinité du grand sanctuaire d’Izumo qui cède sa place.
Les empereurs japonais étant (officiellement) les descendants de Ninigi, on voit ici la transcription sous forme mythologique (et donc propagandiste) des évènements historiques dont je vous parlais plus haut : l’intégration d’Izumo au royaume de Yamato.