Nous sommes donc parties à 4 pour une « virée » en voiture jusqu’à Izumo Taisha dans le département de Shimane, 220 km environ pour 3h de voiture (oui, les autoroutes au Japon sont en général limitées entre 80 et 100 km/h). Izumo est situé de l’autre côté des montagnes du Chûgoku, sur la Mer du Japon. Ça a l’air proche mais il faut en fait (au mieux) 3h de voiture, ou 3h45 de train ou bien encore 4h de bus pour s’y rendre. Il n’y a pas de liaison aérienne entre Izumo et Okayama (car la distance est trop courte je suppose). Aller-retour dans la journée un dimanche car pour que Micci s’arrête de travailler un weekend entier, il faudrait qu’elle se casse une jambe… et encore, elle travaillerait depuis chez elle ! Bref, à la japonaise ^_^.

Trajet Okayama-Izumo
Dans la voiture, Micci, Mimi et Yoko, l’ancienne prof de français de Micci, et moi-même. Le voyage s’est bien passé, excepté le petit vomito que nous a fait Mimi (5 ans et demi) en arrivant au sanctuaire (punition divine ? ^_^). Micci ayant toujours au moins 2 tenues de rechange dans le coffre pour elle, pas de soucis pour la suite de la visite. Nous étions un dimanche, certes, mais comme c’était quasiment à la veille de la Golden Week, il n’y a avait pas beaucoup de monde (entre fin avril et début mai, il y a 4 jours fériés au Japon donc quasiment une semaine de vacances… et donc beaucoup de monde qui voyage). Parfait.

P1003602small

Nous trouvons à nous garer facilement dans un des nombreux parkings et nous dirigeons vers l’entrée principale du sanctuaire juste en face de laquelle il y a… un Starbucks. Ça sent le coin à touristes, pour l’ambiance mythologique et mystique, il faudra repasser. On oublie néanmoins bien vite le monde extérieur dès qu’on s’engage sous le torii (portail) pour descendre la grande allée bordée de pins qui mène au sanctuaire.

P1003603small

Sur les côtés de l’allée, on peut voir des gens prier en famille devant de petits sanctuaires.

P1003604small

Puis on arrive devant la fontaine où il faut se purifier avant d’entrer dans l’enceinte sacrée proprement dite (mais ce n’est pas obligatoire).

P1003615small

Comme le lieu est très touristique, une démonstratrice explique aux gens la bonne marche à suivre pour utiliser la fontaine : prendre une louche avec une main, la remplir d’eau au robinet, verser l’eau sur l’autre main, et inversement. Puis reprendre de l’eau au robinet avec la main droite, verser de l’eau dans sa main gauche, se nettoyer la bouche et recracher l’eau au pied de la fontaine. Enfin, faire couler l’eau qui reste dans le godet le long du manche de la louche pour le nettoyer et reposer l’instrument. Vous êtes purifié.

keidai

Une succession de trois torii mène au sanctuaire. Celui-ci est composé de deux pôles importants : le sanctuaire en lui-même et, sur la gauche, le bâtiment des mariages (là où il y a le drapeau japonais sur le plan). Car si au Japon le bouddhisme s’occupe principalement du salut de l’âme et donc des funérailles, le shintô lui prend en charge la naissance (avec la présentation du nouveau-né au sanctuaire) et le mariage traditionnel (qui est réservé à ceux qui peuvent se l’offrir. La majorité des japonais se marie à l’occidentale). De plus, la divinité du sanctuaire, Ôkuninushi-no-Mikoto, est réputée être la divinité du mariage (entre autre). On peut donc aussi venir prier à Izumo Taisha pour trouver un fiancé/mari, comme me l’a suggéré Micci (de quoi je me mêle ? ^_^).

P1003683small
Ema d’Izumo Taisha avec l’illustration d’un couple.
On inscrit un vœu ou un message au revers et on suspend l’ema pour qu’il soit lu par les kami

Le bâtiment principal, le honden, qui abrite la divinité est ici enclos et non accessible. On peut tourner autour de l’enclos mais du coup, à cause la hauteur de ce dernier, on n’a nulle part une vue complète sur les bâtiments de l’intérieur. Dommage. Même si, heureusement, le honden est surélevé. Ce bâtiment est d’ailleurs le plus haut bâtiment dans un sanctuaire japonais avec 24 mètres. Les textes et les fouilles archéologiques suggèrent qu’à l’origine il était encore plus élevé.

P1003659small
Le honden au cœur de l’enceinte sacrée

Le bâtiment devant le honden est le haiden, le bâtiment des prières. Habituellement, le honden est situé juste derrière le haiden et ils sont reliés l’un à l’autre par une petite passerelle à laquelle n’ont accès que les prêtres. En gros, on ne prie pas directement devant le honden.

P1003632small
Prières devant le haiden

Ici, les deux bâtiment sont séparés et vous pouvez prier au haiden puis devant l’enceinte du honden si vous le souhaitez. Il y avait d’ailleurs un peu de queue ce jour-là, il fallait être patient.

P1003633small

Le haiden et le bâtiment des mariages ont la particularité d’avoir tous les deux en façade une énorme corde de paille de riz qu’on appelle shimenawa. Celle du bâtiment des mariages est la plus grosse du Japon, elle pèse environ cinq tonnes (voir photo un peu plus bas). La shimenawa délimite l’enceinte sacrée dans les sanctuaires shintô. Lorsqu’elle entoure un rocher ou un arbre, par exemple, elle indique que c’est le lieu de résidence d’un kami, une divinité.

Pendant que Micci, Mimi et Yoko faisaient la queue pour prier devant le honden, moi j’ai fait ma touriste en faisant le tour de l’enclos sacré.

P1003649small
File d’attente devant l’enceinte du honden

A l’arrière de l’enclos se trouve un sanctuaire devant lequel il y avait également la queue pour prier. Il s’agit du soga no yashiro, le sanctuaire dédié à Susano-o (dont je vous ai brièvement résumé la légende ici). Ce qui est aussi très appréciable, c’est que même si tous les panneaux explicatifs situés devant les bâtiments dignes d’intérêt sont en japonais, un QR code permet d’en avoir la version anglaise, chinoise ou coréenne. Merci d’y avoir pensé, c’est plutôt rare (même si, devant l’augmentation très forte du tourisme étranger au Japon ces dernières années des efforts ont été faits).

P1003662small
Le soga no yashiro dédié à Susano-o

Vu de l’arrière de l’enclos, on a une meilleure vue sur le honden, ce qui fait bien plaisir, et on peut vraiment se rendre compte de son impressionnante élévation.

P1003664small

Une fois mon tour de l’enclos effectué, je retrouve Micci, Mimi et Yoko et nous nous dirigeons vers le bâtiment des mariages (de son vrai nom le Kaguraden) avec sa très impressionnante shimenawa. Et, ô chance, il y avait à ce moment-là des mariés et leurs familles en train de poser devant devant le photographe.

P1003693small

Et pour finir, un petit bonus qui nous rappelle que, même dans ce lieu empli d’histoire, de traditions et de mythologie, nous sommes bien en 2019 :

20190421_104020small

Le panneau d’interdiction de jouer à Pokemon Go dans l’enceinte du sanctuaire, situé au niveau de la fontaine de purification ^_^.