Ce 7 juillet c’est Tanabata.
Cette fête dérive de la légende chinoise de la tisserande (l’étoile Véga) et du bouvier (l’étoile Altaïr).

800px-yoshitoshi_-_100_aspects_of_the_moon_-_40-2

La déesse tisserande tombée amoureuse du bouvier mortel quitte le royaume divin pour vivre avec lui. Mais les dieux ne l’entendent pas de cette manière et séparent les deux amants par une rivière infranchissable, la Voie lactée. Ils sont cependant autorisés à se rencontrer une fois par an, le septième jour du septième mois (Tanabata en japonais veut dire « septième nuit »).

Même si ce n’est pas un jour férié au Japon, c’est une fête populaire très importante.

Les gens écrivent des vœux sur des rectangles de papier, les tanzaku, et les accrochent sur des branches de bambous. Tous ces messages seront brûlés afin que la tisserande et son amant puisse faire en sorte qu’ils se réalisent.
Je n’ai pas eu l’occasion d’aller dans un sanctuaire avant Tanabata, la faute à un emploi du temps très chargé mais dans deux semaines il y a un festival de Tanabata pas très loin de chez moi donc j’irai vous faire de jolies photos.
En attendant, voici les petites décorations que nous avons faites à l’école avec les enfants. Nous les avons accrochées toute la semaine dans l’école à de grandes branches de bambous ramenées par un des professeurs. Puis, vendredi, chacun est reparti à la maison avec son petit morceau de branche d’où pendent les vœux écris par leurs parents.