J’ai donc enfin testé ce « camembert » (Oui, je mets des guillemets car même si c’est marqué sur la boite, je suis née en Normandie donc, excusez-moi mais le camembert c’est normand. Point.).

Cela fait depuis 15 ans (donc depuis mon premier séjour au Japon) que je connais ce camembert puisqu’on le trouve dans tous les supermarchés. Il est produit sur Hokkaidô, la grande île du Nord du Japon où les grands espaces et le climat tempéré offrent de larges pâturages pour l’élevage des vaches, la production de lait (tout le lait japonais vient de Hokkaidô) et donc de fromage.

Jusqu’ici, je n’avais jamais eu envie de tester ce fromage, présumant du résultat.

L’hiver dernier, quand je suis tombée malade (épidémie de gastro à l’école dans laquelle je travaille), Micci m’a gentiment préparé un plateau repas « français » avec des pâtes et du jambon et… du camembert de Hokkaidô. Je me suis dit au diable les préjugés, c’est l’occasion de goûter.

Et donc.

Ce n’est pas bon du tout.

Déjà cela n’a pas du tout le goût de camembert mais il fallait s’en douter. À 12 000 km de la Normandie, je m’attendais à un goût différent. Il l’est.
Mais le goût aurait éventuellement pu être bon. Ce n’est pas le cas. Du tout.

En résumé, pas de camembert hors de Normandie Point.